Aller au contenu principal

Dix conseils pour commencer à changer

Vous souhaitez rééquilibrer vie privée et vie professionnelle ? Le recours à un coach peut vous aider à mieux cerner vos aspirations. Dix conseils pour changer en douceur.

Votre travail vous laisse exsangue. Vous ne supportez plus les journées interminables ni les week-ends laborieux. L’impression de passer à côté de votre vie vous taraude. Devez-vous changer de rythme de travail, revoir vos responsabilités ou, pourquoi ne pas, envisager un autre métier ? Comment évaluer plaisir professionnel et vraies compétences ? A quoi faudrait-il renoncer ?

1.      Ne pas rechercher la performance

Vous êtes d’abord là pour mieux vous connaître, anticiper et décrypter vos réactions. Sans doute devez-vous commencer par vous déconnecter de l’obligation de productivité chère à votre entreprise. Dans une société qui valorise tout ce qui marche, le culte du dieu Performance est un piège dangereux.

Mieux vaut laisser aux athlètes et aux dirigeants en quête de records l’assistance "gonflette" qui pousse toujours plus haut. Le coaching, d’ailleurs, n’aboutit pas forcément à une promotion : après un an d’entretiens, le patron d’une PME est entré dans une communauté spirituelle.

2.      Privilégier le savoir-être

Un peu de sérénité dans le travail va souvent de pair avec une plus grande efficacité. Le "savoir-être", qui se traduit par la confiance en soi, l’autonomie ou l’épanouissement personnel, compte désormais autant que les "savoir-faire". 

3.      Ne pas attendre de solutions prêtes à l’emploi

Le changement ne sera pas livré sur un plateau. « Le but de la réflexion : se poser les bonnes questions, c’est-à-dire celles qui vont vous faire avancer ». C’est cette écoute neutre de la part du coach qui aidera à formuler ses propres solutions. « Seul le client sait ».

4.      Effectuer un bilan de vie

C’est le moment de définir vos aspirations profondes dans les différentes sphères de votre vie ; de déterminer ce qui est essentiel dans votre vie professionnelle et dans votre vie sociale et familiale ; de dire enfin ce qui vous ferait plaisir, ce que vous ne vous êtes jamais accordé.

5.      Se regarder avec plus d’indulgence

Beaucoup d’entre nous ont une fâcheuse tendance à noircir le tableau en soulignant leurs défauts. « Les gens arrivent chargés de tous les péchés du monde, alors qu’ils disposent d’un potentiel formidable ». Pourquoi ne pas mettre en valeur ses qualités ? Faire l’inventaire de ses "talents", expliquer à sa hiérarchie les compétences qu’il pouvait apporter à l’entreprise.

Par "talent",on entend « la qualité spécifique que vous mettez en œuvre chaque fois que vous réussissez ». En prenant conscience de ses qualités de créativité et de bon communicant sur sa valeur ajoutée.

6.      Identifier les freins au changement

Vous répétez que vous voulez changer de vie, et vous ne le faites pas. Qu’est-ce qui vous en empêche vraiment ? « Il faut explorer ses peurs et parvenir à trouver un équilibre entre celles qui s’affrontent ». Comme la peur de perdre un travail rémunérateur et celle de passer à côté de quelque chose d’important dans sa vie.

D’où la pertinence de prendre conscience de nos "croyances limitantes", ces freins imaginaires qui nous empêchent d’agir, des prétextes derrière lesquels on s’abrite. De nombreux cadres s’imposent ainsi des horaires infernaux pour prouver leur mérite. « Evacuez de votre “grenier” tout ce qui vous plombe ».

7.      Fixer des objectifs à atteindre

Les choses s’éclaircissant, on peut mieux définir ce que l’on désire faire. En regardant à deux, cinq ou dix ans. « Osez aborder des solutions même censurées ». Mieux vaut ne pas mettre la barre trop haut. Il s’agit de gérer le changement en douceur.

Conseil avisé : fractionner sa finalité en micro-objectifs, avec un calendrier du parcours à accomplir, en veillant à faire le point à chaque étape. Le coach vous aidera à bâtir une stratégie pour affirmer vos choix. Vous n’êtes pas obligé, par exemple, d’annoncer brutalement que vous partez désormais à 18 h 30 pétantes ! « On ne lâche pas le trapèze avant d’attraper le suivant ».

8.      Apprendre à renoncer

Avant de sauter le pas, il faudra évaluer le prix à payer pour avoir plus de liberté. Il est indispensable de se représenter clairement les conséquences du projet que l’on a en tête. Comment seront modifiées vos relations avec votre patron, vos collègues, mais aussi avec votre famille et vos amis ? Tout changement implique un processus de séparation d’avec le passé.

9.      Prendre de la hauteur

Vous savez ce que vous valez et où vous voulez aller. Vous avez identifié les schémas mentaux qui vous gâchaient la vie. Vous voilà en mesure de prendre du recul et de considérer un problème comme un simple objet à traiter. « C’est l’effet hélicoptère ».

10.  Faire de ses proches ses alliés

Bon précepte à suivre pour réussir son changement : « Il faut impliquer l’autre, celui qui va vous aider à bouger ». L’acceptation du projet par l’environnement proche conditionne la réussite de vos objectifs. « N’hésitez pas à médiatiser votre changement ». Famille, amis… Avec eux, vous réussirez.