Aller au contenu principal

Entretien d'embauche...à éviter

Entretien d'embauche : les erreurs à ne pas commettre

12 faux-pas à éviter afin de mettre toutes les chances de votre côté

Votre CV a été retenu et vous allez vous retrouver face-à-face avec un consultant du cabinet de recrutement, le DRH ou même le manager dont potentiellement vous dépendrez.

 L'entretien d'embauche ne consiste pas seulement à réciter votre CV à l'oral. Il s'agit aussi de faire bonne impression au recruteur qui cherche avant tout à tester si l'alchimie fonctionnera entre vous et l'emploi proposé.

Dès lors, certains comportements peuvent être éliminatoires. Peu importe la qualité du CV et peu importe votre motivation. Bien sûr, rien n’est perdu si vous êtes vraiment un bon candidat… Mais autant éviter les faux pas !

Voici ici une sélection de ces erreurs qui sont à proscrire:

1.    Manquer de politesse / Arriver en retard

Il est très difficile de se défaire d’une mauvaise première impression. Il faut savoir qu’un entretien débute dès l’entrée dans l’entreprise : un candidat malpoli ou en retard sera automatiquement catalogué  par le recruteur. Dans ce dernier cas, des excuses sont le moins que l’on puisse attendre et pourront peut-être vous sauver la mise… 

2.    Style vestimentaire

On ne pourra jamais vous reprocher d’en avoir trop fait : à la question « dois-je mettre une cravate/un tailleur ? », dans le doute, privilégier toujours le oui. Même si l’entreprise est réputée « jeune et décontractée », vous devez paraître concerné et sérieux. Attention cependant à l’effet « pingouin », optez pour une veste/un tailleur dans lequel vous vous sentez à l’aise.

Évitez de réajuster votre cravate ou vos collants ou pantalon  quand votre recruteur vient vous tirer du canapé ou vous patientez avant votre entretien. Arrangez-vous avant. Lorsqu’il apparaît, levez-vous et saluez-le sans geste parasite. Ne mettez pas vos mains dans les poches, c’est négligeant et irrespectueux.

3.    Etre trop sûr de soi

La différence entre un candidat sûr de lui et un candidat arrogant est souvent minime. A force d’affirmations, vous perdrez toute crédibilité.

Utilisez des exemples, des anecdotes afin d’illustrer vos propos. N’ayez pas peur d’être modeste en choisissant des tournures de phrase du type « J’ai eu la chance de…» Attention tout de même à ne pas tomber dans l’autodénigrement ! 

4.    Faire paraître son stress

Pendant la conversation, essayez de ne pas trop vous toucher/palper/tripoter/caresser Même si vous avez le trac.

En matière de langage corporel, ces gestes intempestifs révèlent votre ennui et/ou votre malaise. Ne tambourinez pas non plus avec vos doigts sur la table ou sur vos genoux. Laissez vos mains tranquilles et servez-vous en seulement quand vous voulez appuyer un point de votre discours.

5.    Fixer ou avoir un regard fuyant

Ne fixez pas la personne qui vous reçoit (c’est effrayant) mais ne fuyez pas son regard. Même si ça vous aide à trouver vos mots, ne fixez pas non plus le vide derrière lui (c’est ce qu’on fait quand on essaie de se distancier). Tâchez de trouver le juste milieu, votre regard doit être mobile et revenir régulièrement à votre interlocuteur

Toute votre attitude doit prouver que vous êtes présent, concentré et impliqué

6.    Raconter sa vie

On aborde ici l’inverse de l’erreur précédente : l’entretien avance, vous vous sentez de plus en plus à l’aise… Soit. Mais attention de ne pas tomber dans l’excès de familiarités et de ne pas vous attarder sur votre vie perso! C’est le recruteur qui doit diriger la discussion : n’abordez des sujets personnels seulement s'il vous y invite.

7.    Réciter son CV

Il est très important de maîtriser son parcours et de savoir en parler. Cependant, évitez de répondre de manière trop rapide et surtout, d’avoir l’air de connaître votre CV par cœur. Autrement dit, lorsque vous préparez votre entretien, pensez aux grandes lignes mais ne mémorisez pas vos réponses.

Avoir l’air naturel est primordial !

Essayez aussi d’adapter votre discours à la personne en face de vous et à l’entreprise

8.    Aborder la rémunération trop tôt

Les questions du type « Quelle rémunération proposez-vous ? » ou « Combien de jours de congés puis je poser ? » sont à proscrire durant le premier entretien. Car, même si ces avantages sont des éléments à prendre en compte, ils ne seront abordés que si le recruteur est intéressé par votre candidature et vous propose un nouvel entretien.

9.    Ne pas connaître l'entreprise

Trop souvent, les candidats omettent de se renseigner sur l’entreprise. Lire l’annonce n’est pas suffisant. Connaître le poste mais aussi l’entreprise et son secteur vous permettront de ne pas rester sans voix devant le recruteur et d’échanger avec lui, de lui montrer que le poste est déjà entre vos mains et qu’il vous intéresse... A l’heure d’Internet, vous n’avez plus aucune excuse !

10.  Ne pas avoir de questions à poser

A la fin d’un entretien, un « bon recruteur » vous demandera toujours si vous avez des questions à poser. C’est souvent une étape délicate pour le candidat (cf. erreur 7) mais rester muet n’est pas la solution. Une question, même simple, traduira votre intérêt pour le poste et la société. Vous pouvez par exemple poser une question sur l’organigramme et la structure de la société… pour mieux comprendre les rouages de l’entreprise.

11.  Ne pas avoir préparé les questions pièges

Le déroulement d’un entretien est régi par certains codes et il existe des questions auxquelles vous ne pourrez pas échapper. Ces questions « pièges », il faut les préparer afin de ne pas se sentir déstabilisé durant l’entretien. Ces questions n’arrivent pas à 100% des entretiens mais si elles arrivent et que vous êtes « secs », votre blocage peut faire mauvaise impression. 

Penser que l'on sera plus spontané si l'on n'a rien préparé : c'est tout le contraire. Maîtriser son CV sur le bout des doigts et avoir réfléchi à la cohérence de son parcours permet d'être bien plus à l'aise face au recruteur, et donc plus naturel.

12.  Bâcler l’au revoir

Votre poignée de main d’adieu doit être aussi assurée que celle du début. Remerciez votre interlocuteur, prenez congé et maintenez une digne posture en sortant du bureau, dans le hall et jusqu’à la sortie de l’entreprise. Une fois dehors ou en lieu sûr, faites ce que vous voulez.

Maintenant  que vous avez les clés en mains à vous de jouer